L'origine du mouvement trappiste remonte au Moyen Âge, en Europe plus précisément. L'Europe connaît alors une période de ferveur religieuse. Certaines personnes ressentent le besoin de se retirer de la société pour mieux vivre leur foi. C'est précisément ce que font les Cisterciens.

Les Trappistes en Europe

moineL'ordre cistercien est fondé au VIe siècle par saint Benoît. Plusieurs communautés de moines se développent sous l'égide des Cisterciens. Une de ces communautés est l'ordre Trappiste. Le nom "trappiste" remonte au 12e siècle. En 1140 est fondé l’Abbaye du Breuil-Benoît de la congrégation de Savigny. L’abbaye se nomme d’abord Maison de Dieu, puis la Trappe (en référence au langage de Perche, dans lequel le mot trappe désigne les marches qu’il fallait descendre pour aller pêcher le poisson dans les étangs). C'est de là que vient l'appellation "trappiste".

En 1663, l'Abbé de Rancé (Armand Jean Le Bouthillier de Rancé 1626-1700), directeur du monastère de La Trappe, décide de réformer l’ordre des Cisterciens. Il renforce la discipline au sein de l'ordre, tellement que des rumeurs commencent à circuler sur l'ordre.

La sombre Trappe

C'est ainsi que l'on surnomme une série de légendes « où les moines sont obsédés par l’idée de la mort, creusent chaque jour leur tombe, sont tous des scélérats qui ont tué père et mère, s’établissent en des lieux malsains pour mourir plus vite, etc. »

Le développement de l'ordre Trappiste est temporairement interrompu lorsque l'ordre est chassé de France par la Révolution française. L'état français, hostile à l'ordre, confisque le monastère de la Trappe. Les Trappistes se réfugient alors en Suisse, puis en Russie. Sous la direction de Dom Augustin de Lestrange, ils reviennent en France en 1815 et rachètent le monastère. Des scissions dans l’ordre provoquent l’établissement de monastères distincts de la maison-mère en Belgique et en France.

En 1892, l'ordre cistercien est réformé et prend le nom d’ordre Cistercien de la stricte observance. Il s'agit d'un retour à la tradition des pères du XIIe siècle.

Trappistes au Canada au 19e siècle

C'est un peu grâce à un coup de chance que les Trappistes s'établissent au Canada. Retournons en 1815. Des Trappistes s'apprêtent à prendre le bateau à Halifax pour retourner en France. Mais un des leurs, le Père Vincent Paul Merle, rate le bateau. Il décide de rester dans la région. Il projette d'implanter l'ordre trappiste en Amérique du Nord. Dès 1825, il fonde le monastère trappiste du Petit-Clairvaux à Tracadie, en Nouvelle-Écosse. Il faudra attendre 1862 pour que l'ordre fonde un autre monastère en Amérique du Nord. Il s'agit de la Trappe du Saint-Esprit, fondée à Sainte-Justine.


Au Canada, en deux siècles, 12 monastères trappistes ont été fondés. En 1881 est fondée l'Abbaye de Notre-Dame du Lac des Deux-Montagnes. L'année suivante est très chargée pour le mouvement Trappiste. D'abord, la communauté trappiste fondée par le Père Péloquin, à La Patrie, en Estrie, est dissoute. Ensuite, le monastère Notre-Dame des Prairies, au Manitoba et le monastère Notre-Dame de Mistassini, à Oka, sont fondés.

Les communautés Trappistes s'établissent au Canada surtout à la fin du siècle. Cela s'explique par les relations tendues entre l'état français et les communautés religieuses ce qui incite ces dernières à s'établir dans des pays plus accueillants comme le Canada.

Quelques monastères trappistes sont fondés à travers le Canada au 20e siècle. Signalons entre autres le monastère de Notre-Dame du Bon Conseil à Saint-Romuald (1902), le monastère Notre-Dame du Calvaire à Rogersville, près de Moncton, au Nouveau- Brunswick (1902), le Monastère de Notre-Dame de l'Assomption (1904), le Monastère du Val-d'Espoir, dans le canton de Percé (1931) , l'Abbaye de Notre-Dame de Nazareth (1902) ainsi que le Cistercian Monastery of Notre Dame (1977) situé en Ontario (à Georgetown et à Orangeville depuis 1982).

Quelle a été la contribution des Trappistes à la société canadienne?

  • De meilleures connaissances en agriculture. Les Trappistes faisaient beaucoup d'expériences dans ce domaine et ils enseignaient aux gens leurs découvertes (Institut agricole d'Oka).
  • Pionniers de la colonisation, ils ont défriché des terres comme à Sainte-Justine.
  • Trappistes à Sainte-Justine


    Dès 1859, le Père André Leyten, du monastère trappiste du Petit-Clairvaux à Tracadie (Nouvelle-Écosse), désire fonder un monastère au Canada. Sur les conseils du curé de Sainte-Claire, l’abbé Louis-Théodore Bernard, il décide de venir s’établir dans le canton de Langevin, nouvellement ouvert à la colonisation.

    Le 24 juin 1862 marque l'arrivée des pères trappistes (les pères Placide, les frères Edmond et Clément ainsi que des compagnons) à Sainte-Justine. Une bonne partie du trajet sera fait à pied, peu de chemins étant ouverts à l'époque.

    Cliquez sur le bouton ci-dessous pour lire un extrait d'une lettre écrite par le Père Doherty soit à sa soeur, Soeur Sainte- Christine soit à l'archiviste des Ursulines de Québec, Soeur Sainte-Croix. La lettre date de 1864. Le Père Doherty y raconte une expédition qui l'a mené jusqu'au monastère des Trappistes de Sainte-Justine. Il décrit l'apparence du monastère. Cette lettre a été écrite à l'origine en anglais.

    Les Trappistes ont d'abord été aidés par les colons de Sainte-Claire pour le voyage et la construction du premier bâtiment les abritant. Ce bâtiment était semble à celui que l'on peut apercevoir ici.

    Le monastère reçoit dès 1863 ses premiers novices qui ont été recrutés en Europe (Père Yves, Père Guillaume, Père Antoine et Charles-Louis Verhulst). En 1867, la construction du monastère est achevée .

    Au cours de son existence, le monastère accueillera une soixantaine de religieux, provenant majoritairement d'Europe et du Canada.

    Provenance
    Les Trappistes qui ont effectué un séjour à Sainte-Justine étaient nés dans les pays suivants. Entre parenthèse, on retrouve les répartitions.
  • Canada (32)

  • Hollande (11)

  • Belgique (10)

  • France (3)

  • Prusse (1)

  • Irlande (1)

  • Allemagne (1)

  • 1 Trappiste dont les origines sont inconnues
  • Source: Livre du 125e anniversaire de Sainte-Justine, 1987, p.50 à 53.

    La fin du rêve


    En 1872, la Trappe du Saint-Esprit est dissoute sous l’ordre de l’Archevêque de Québec, Mgr Taschereau. Parmi les causes de cette dissolution, on peut citer:

  • le fait que la Trappe n’a jamais pu s’affilier à une maison-mère, ce qui aurait assuré sa survie en lui procurant une assistance monétaire et spirituelle.
  • Il faut ajouter à cela les difficultés de recrutement ainsi que le nombre peu élevé de recrues qui ont persévéré au monastère (conditions de vie difficiles, maladies).

  • Père Henri de Brie
    Le Père Henri de Brie.
    Livre du 125e anniversaire de Sainte-Justine, p.87. Archives de l'Abbaye cistercienne d'Oka.

    Le 22 octobre, le terrain du monastère ainsi que le monastère lui-même sont vendus à Olivier Labbé, de Saint-Joseph. Parmi les moines, seul le Père Henri de Brie restera à Sainte-Justine. Il deviendra le premier curé de Sainte-Justine, de 1868 à 1885.

    Des vestiges du monastère subsisteront jusqu'en 1903 alors que l'on détruit ce qui reste de la maison des étrangers (hôtellerie).

     

    Aujourd'hui

    On comptait, en janvier 1998, dans 42 pays répartis sur cinq continents, 96 monastères trappistes de moines (dont 16 en France) et 66 de moniales (dont 14 en France). (Source ).

    En l'an 2000, il y avait 2127 membres de l'Ordre trappiste de la Stricte Observance (Source).

    Quelques liens utiles
  • Le Monastère Cistercien-Trappiste de Notre-Dame du Calvaire. Présentation des diverses activités de cette communauté monastique.

  • Abbayes.net. Site de référence sur la vie monastique (règle de Saint Benoît, histoire, etc.). Répertoire des monastères dotés de sites webs.

  • Histoire Québec. Numéro spécial de la revue Histoire Québec sur la vie monastique au Québec. Articles en ligne

  • Dom Armand Veilleux. Site web de l'abbé de Scourmont, en Belgique. Diverses homélies écrites par ce moine natif de Sainte-Justine.

  • Encyclopédie de l'Agora. Dossier sur les Trappistes.

  • Monastère Notre-Dame de Mistassini. Site Internet des moines trappistes de la communauté cistercienne de Notre-Dame de Mistassini.

  • Ordre Cistercien de la Stricte Observance (Trappistes). Page officielle de l'Ordre Cistercien de la Stricte Observance. Actualité cistercienne et présentation du mouvement.

  • L'ordre cistercien de la Stricte observance. Présentation et histoire de l'ordre. L'histoire du mouvement au 19e siècle, alors qu'il a été réformé, est développée plus en détail dans cet article.
  •